La carrière a-t-elle un sexe?

La carrière a-t-elle un sexe ? Est-il possible pour les deux membres du couple de mener une carrière de front ?

La double carrière est un phénomène récent. C’est un couple dans lequel un homme et une femme souhaitent mener simultanément de front une carrière. C’est un couple ambitieux où il n’y a pas de compromis facile et dans lequel le travail de la femme n’est pas considéré comme « une variable d’ajustement ».

Lors de la conférence co-organisée par la WBS et le CHUV le 13 septembre dernier à Lausanne sur la double carrière, les couples ont témoigné que certaines clefs de leur succès sont notamment modafinil le partage des tâches, une excellente organisation logistique et surtout le lâcher prise quand on délègue l’éducation de ses enfants.

Selon la panelliste Muriel de Saint-Sauveur, fondatrice de la société masterclass, il est dans l’intérêt des entreprises d’anticiper les désirs de leurs futurs employés. En effet les milléniaux contrairement à leurs aînés se renseignent sur la politique de diversité d’une entreprise avant de la rejoindre. En outre, citant Mme Christine Lagarde, directrice du FMI, elle a souligné que pour certains pays ce sera bientôt une nécessité économique. Par exemple l’Allemagne et le Japon sont des pays vieillissants qui seront obligés dans le futur de favoriser le développement des carrières des femmes. Actuellement au Japon 15% des femmes détiennent des postes à responsabilité; l’objectif du premier ministre est d’atteindre le chiffre de 30% d’ici 2020.

Comment s’attaquer au problème ?

Tout d’abord il semble important de repérer la problématique puis de le documenter notamment en le chiffrant afin de mettre en place les mesures nécessaires. L’envie de mener une carrière à deux peut-elle être entravée par les discriminations faites aux femmes lors de l’arrivée des enfants encore appelé plafond de mère ? Ce plafond de mère peut se décrire par l'ensemble des mécanismes économiques, managériaux, psycho-sociaux, qui conduisent à entraver la vie professionnelle des femmes et à brider la carrière des mères. L’une des pistes discutées est de faire partie de réseaux professionnels pour partager les expériences et se sentir entourée, un des objectifs de la WBS. Il convient de s’accrocher à ses ambitions et de ne pas se mettre de barrières.

Lors de la conférence l’une des personnes du public a témoigné sa crainte à chaque entretien d’embauche quand on l’interroge sur son désir d’enfant. Doit elle répondre qu’elle n’en veut pas ? Qu’elle ne peut pas en avoir ? Quand bien même c'est formellement interdit par la loi de poser cette question tel que nous l'a rappelé Mme Hanselmann, Cheffe du bureau de l’égalité entre les hommes et les femmes, il n'est pas aisé de refuser de répondre ou de mentir. Madame Seiler-Hayez, a également temoigné que « sans sa carrière elle serait flétrie ».

Courage, ouvrons nous comme des fleurs et devenons épanouies!